• Black Facebook Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black Pinterest Icon
  • Black Flickr Icon
  • Black Instagram Icon

Team GC 

20 rue des Coredliers

24300 NONTRON

© 2019 by Team GC. All rights registred

Championnat d'Europe de Raid, Pologne 16-20 juillet

August 7, 2019

Mardi, 10h30 au bord du lac, on est dans le speed, on vient de tracer rapidement le trek de la section suivante....dans 8 à 10h, on sort d'un transfert en bus plus long que prévu, départ dans 2', canoë surchargé de nos affaires pour les 2 sections qui viennent.

Je suis si content d'être là ! 
Se trouver à 4 pour partir n'est pas simple, et là tout s'est fait à distance, sans se connaître, plutôt comme un défi, une suite de la course en Suède ou nous étions adversaires.
Patrice : ça fait un an qu'on se met des pièces....on le fait ? On le fait pas ? Mais l'envie de courir est là, il organise, il planifie, il doute : l'orientation, son amour du saucisson !!!
Anne : qui joue à être en retrait mais dont la discrétion la rend terriblement efficace.
Thibaut : le plus fort physiquement, en orientation. Trop fort ? Il fera le boulot et on se gèrera !
Une préparation chacun dans notre coin, mais à l'arrivée à Cracovie au moment du remplissage des caisses un même fonctionnement apparaît, une même logique, une même analyse : pragmatiques, rapides, pas de stress. Comment c'est bon. 
La veille de course, le briefing, la dernière nuit sont décontractés.

 

 

Section 1, Canoë, 52 km....20 sur le lac, avec une pause natation. Un barrage à franchir en tractant les bateaux, 3km de route avec l'aide de chariots puis 30km de rivière.
Départ super rapide, comme d'hab, on se calle à l'abri d'une équipe et en avant. Un premier groupe se détache devant nous et s'éloigne, le vent se lève, le clapot, des vagues : Tibo et Anne qui sont à l'avant sont rincés ! Devant une équipe chavire, trop d'eau dans le bateau, notre groupe passe propose de l'aide, ils ont l'air de gérer.

 


Poste 1 un aller retour a pied dans le lit d'une rivière, on constate déjà les écarts, les russes déjà en tête dégagent une sensation de puissance !
En ré-embarquant Tibo demande à passer derrière, touché de se faire doucher !
Poste 3, petit aller retour natation, heureusement l'eau est bonne.
Tibo demande à repasser devant, en difficulté pour diriger et il s'habille, pantalon et veste....on se regarde, c'est pas un signe de grande forme !!! et cela se confirme, il est livide, la tête dans les genoux, met la pagaie dans l'eau par politesse.
A la fin du lac il faut hisser les canoës sur la berge, passer un talus de 1,2m, les tirer dans un champ en pente installer les chariots puis tracter jusqu'au barrage. Là au moins 50m à descendre, en théorie en portant les embarcations dans les escaliers ! La débauche d'énergie est monstrueuse.
Heureusement on a 3km à pied de tractage pour se remettre. Tibo est blafard, Anne lui file un médoc, il tousse salement.
La partie de rivière suivante est magnifique avec des passages techniques, des rochers qu'on ne voit pas, des trains de vagues qui remplissent le bateau. On s'arrête pour vider plusieurs fois, au milieu des barques des touristes polonais et slovaques, totalement hermétiques a nos saluts et sourires.
Avant l'arrivée, avec Anne on se paie le luxe de passer dans la partie aménagée pour les kayak, ça bouge bien, Anne se fait rincer et se marre. Patrice et Tibo évitent le passage (petits joueurs) mais Tibo n'a pas la tête à rigoler.

Transition lente, dur de se changer en grelottant, on mange, on fait le plein des sacs, la section suivante est annoncée entre 8 et 12h à pied.

 

Section 2, Trek 49km, 2900D+
Le premier poste nous rappelle immédiatement à l'ordre, l'orientation au 50 000 c'est compliqué, réalité des chemins, appréciation des distances, du dénivelé, végétation parfois hostile...Après des moments de doutes on se calle et on trouve le poste facilement mais on change notre itinéraire par rapport à ce que l'on a tracé...trop dur de couper.
La nuit est tombée. Le poste suivant est une cascade, on ne sait pas ou chercher, au pied, en haut, on nous a signalé un accès dangereux...en fait aucun problème. 
En sortie de poste on tente une coupe, droit dans la pente, longtemps accompagnés par les aboiements des chiens de la ferme qu'on traverse. On trouve la crêtes et en approche du poste on est 3 ou 4 équipes. Forêt dense de sapins, je me fais arracher mes lunettes sans m'en rendre compte, la suite s'annonce compliquée...
Notre orientation est propre mais si on se recalle sans cesse, jamais sûrs dans nos distances...la coupe plein sud en est un exemple, on craint d'être trop loin (enfin Patrice craint...) on revient sur nos pas alors qu'une autre équipe tente, on cherche un chemin puis on se lance, descente périlleuse mais bingo on tombe proche du poste (enfin au pied du bloc qu'il faut remonter...).
Tibo qui à pris un autre médoc se réveille après avoir été à la laisse (d'ailleurs petit message perso à Tibo : Anne a trouvé ton sac trop lourd!!!!). Le rythme lent s'accélère. Je laisse l'orientation et perd le fil...postes 10, 11, 12, des crêtes, le jour s'est levé, le temps presse et la porte horaire se rapproche.
Le poste 13 est horrible, il fait chaud, on est à sec, les minutes sont comptées. Tibo part plein gaz en avant, on reprend notre souffle un instant avant de le suivre mais on le perd, quelques minutes d'inquiétudes.
Il ne revient pas, on se siffle, on s'appelle et enfin on reprend contact.
On cherche à courir pour cette porte horaire. Patrice peste après l'orga, prévu pour 12h max ça faire 16h qu'on est dans le chantier et on va encore y passer 2 heures. On joue le jeu, on prend tous les postes, pas de routes interdites mais à l'AT le verdict tombe : disqualifiés ! 30' de trop...

On retrouve les baragnas2, tristes mines eux aussi, Flore boite et doit abandonner.
On se change tout de même rapidement, on est autorisés a continuer sur le parcours mais on doit rendre les caisses rapidement. Transition express, on rend le matériel et Anne et moi nous accordons un premier petit sommeil.

Section 3, VTT, 143km au compteur....
On repart en direction du barrage de la veille, une première bonne grimpette pour se mettre en jambe, Tibo virevolte pour prendre le poste : c'était le feu d'artifice final ! Les médocs ne font plus effet, il s'arrête sur le trottoir, s'assoie et nous annonce qu'il n'ira pas plus loin ! Il pensait pousser jusqu'au rappel pour trouver des membres de l'orga mais cela est maintenant au dessus de ses forces.

 


On appel pour le faire récupérer, 15' plus tard il est pris en charge et nous repartons. Cette section s'annonce elle aussi sans fin, nous décidons de laisser les postes pour retrouver le groupe des équipes. Nous nous rendons sur le site du rappel, une belle descente de 50m avant de rouler dans la nuit qui tombe.
Nous cherchons un abri pour cette seconde nuit et décidons de nous accorder 2 heures dans une maison en construction. 1H30 après Patrice est debout, immobile dans son bivi mais ne fait pas de bruit pour respecter le sommeil de ses partenaires ! Nous repartons dans le froid et après une grossière erreur (un ar en descente-montée de 6 km) nous sommes réchauffés. La fin de nuit est horrible nous nous endormons régulièrement sur le vélo, on fait des micro-sieste (je me permet même un côte à côte bien collés avec Anne dans un abri de supérette tandis que Patrice dort sur le tapis!). Avec la chaleur, la forme revient, un dernier col monté au train et une belle descente pleine balle. Beaucoup de frayeurs sur cette section avec des automobilistes pas du tout concernés par la présence des cyclistes sur la route.

A l'AT nous avons raté de peu Tibo et Flore des baragnas qui viennent de repartir pour Cracovie. 
Nous retrouvons Cédric qui nous explique que ses équipiers Marie et Jojo sont partis pour un petit bout de trek. Estimé à 8h les meilleurs y ont passé presque 12h !
La suite s'annonce compliquée pour nous d'autant que le 80 de VTT suivant n'ont pas l'air simples non plus. Il se trouve que la maman de Anne doit se trouver dans le coin avec leurs enfants, nous cherchons à la contacter pour qu'elle nous transfère en véhicule.
Sans réponse, nous nous préparons à partir et à ce moment là, elle arrive...retrouvailles avec les petits. 
1h20 de transfert en voiture que je mets à profit pour étudier a fond les cartes et les sections qui restent à venir. 
Section 4 et section 5....en camion.
A l'AT suivant nous arrivons en même temps que les russes en tête de course. Cela nous booste, on se retrouve dans le jeu.

Section6- 20km de roller 20km trek+CO

 

 


Nous nous rendons compte que nous sommes à Auschwitz, jolie petite ville, mais une zone grisée au centre la carte : le camp !
20km annoncés très roulants...sauf que le début sur des pavés nous inquiète un peu. Nous roulons fort, emmenés par un P.atrice Candeloro roi du patin à 3 roues ! Un des organisateurs nous rejoint, patine en avant, en arrière, filme, descend la digue en herbe à fond, roule sur le gravier...je cherche à lui démontrer qu'en France on est pas non plus de truffes mais je fini les fesses par terre.
Si le premier poste a pied est simple (avec les rollers attachés sur le sac, sauf pour Anne à qui il manque un élastique et doit porter un roller) nous nous effondrons dans notre rapport aux distances dans l'interposte suivant, on se recalle mais on a fait une grosse erreur....ne jamais confondre vitesse et précipitation, heureusement Patrice, Maître de l'analyse des cartes, trouve la solution ! Un retour sur le replay du tracker montre l'énormité de l'erreur après le 46 !
Je laisse la carte à Anne pour la CO sur support IOF, une suite de montées descentes qui nous cassent. C'est le début de la 3è nuit.

Fin de section propre, nous trouvons les sentiers et arrivons à l'AT : une base de voile.
Dans les caisses nous retrouvons matelas et duvet (enfin pour moi celui de Tibo) et nous accordons 2 heures de sommeil. Comme je n'entend pas le réveil cela en fera 3. Au réveil, Patrice est debout dans son sac ?

Section7 VTT 42km
Nous repartons reposés, nous avons pu manger chaud.
Sur cette section, une carte lidar (?) dans une ancienne base de missiles a ce qu'on a compris, puis une VTT'O avec les postes bien sûr loin des chemins....
Tout se passe bien, nous rigolons...(un petit fil rouge humoristique entre nous)

Au départ nous ne savions pas ou nous allions mais à ce moment de la course, l'équipe est née, l'équipe vit, confiance, respect, nous avons eu nos moments forts et nos moments faibles, personne ne s'est caché, personne n'a triché, nous parlons beaucoup de tibo, il nous manque. La magie Adventure Race opère...

Section 8 Trek 30km
La section suivante est en fait la succession de 3 CO sur 3 sites différents, les cartes sont belles.

 


A la transition une mauvaise surprise, Patrice n'a pas ses chaussures de course qui sont restées dans la caisse VTT. Il fait très chaud, la section commence par une traversée d'un petit désert ou il fait encore plus chaud, nous faisons le choix de n'entrer que sur la première carte pour nous épargner (pieds, physique et mental). Avec un sac très léger et hormis un jardinage sur la 54....nous avons assez vite, petite pause le temps d'un orage pour éviter les grosses gouttes, 5' de micro-sieste en prime c'est toujours ça de pris.
En fin de section, de retour à l'AT les russes en tête de course sont là et dorment.
Transition assez rapide, nous repartons pour la dernière section

Section 9 VTT.
Nous enchaînons tous les postes, pas de difficultés sur cette fin de journée, nous cherchons un peu l'entrée de la grotte pour la spéléo dans laquelle nous entrons tous les 3. Un petit rappel, une exploration, une remontée filet . Nous profitons de la fin de course, ludique, a priori courte, plate...un bon moment dans la grotte. 
Nous devons ensuite nous rendre à un autre atelier de corde, la nuit est tombée...(la 4è), on pousse un peu, je propose une modification de notre trajet, plus courte et plate....ma loupe à 4€ de chez Decat' ne me permet pas de bien discerner certaines lignes de niveau (Anne je n'oublie pas la bouteille de vin rouge). De nouveau dans un village nous galérons pour trouver le site de la tyrolienne sur cette carte au 50 000. 
Ca sent la fin, nous sommes en réussite depuis un moment, j'oriente avec ma loupe, Patrice veut prendre une photo. On en profite pour appeler Tibo qu'il nous rejoigne à l'arrivée. Les 2 postes suivants vont encore bien. 

 


Ensuite je perds le fil, tout devient approximatif et laborieux voire très chanceux comme de trouver presque tout de suite le passage au dessus de l'autoroute.
La fin est interminable, on quitte le dernier poste à l'opposé de la trace prévue (saleté de boussole), je suis totalement perdu, Patrice reprend les cartes et nous ramène après de nombreux (mais justes) recalages à l'arrivée....89km au compteur sur une section annoncée à 60, plus de 3h pour les 15 derniers km...la galère

En vue de l'arrivée, la détresse m'abandonne et je retrouve tout le plaisir que ces aventures peuvent procurer. Tibo est là, on s'embrasse, on se prend dans les bras les uns les autres, quel bonheur, quel aboutissement. Il est 4h30 mais la bière est bonne, encore une nuit sans sommeil mais nous ne sommes pas pressés de rentrer à l'hotel, nous profitons de nos retrouvailles, de l'arrivée. Que c'est bon.

 

 

Samedi et dimanche, nous restons ensemble, rangement, restos, glaces....pas envie de nous quitter. On prend connaissances des messages, que c'est bon aussi !
Un seul échec après cette semaine, je ne sais toujours pas faire la mouette ! Anne et Patrice faudra m'emmener à nouveau...
Tibo tu auras été avec nous tout au long de ces 4 jours, peut être plus les 2 derniers d'ailleurs !!! je repars avec toi aussi quand tu veux !
Merci à vous 3 !

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now